• Yvan Pilon

Un été chaud pour le marché immobilier de Châteauguay


Une saison estivale chaude pour le marché immobilier !


La saison estivale marque habituellement une pause dans le domaine de l’immobilier. Après la cohue des déménagements que l’on constate en juin et juillet, l’été est habituellement la saison immobilière la moins achalandée durant l’année. En cette année de COVID où rien n’est ordinaire, le marché immobilier de Châteauguay a brillé de tous ses feux durant le troisième trimestre. L’ensemble des principaux indicateurs pointent tous vers des sommets lorsque l’on compare avec les données des années antérieures. Cela est peu surprenant. Plusieurs acheteurs et vendeurs qui avaient mis sur la glace leur projet immobilier au printemps dernier ont choisie de passer à l’action cet été. L’affluence des acheteurs, combinée à un nombre limité de vendeurs a poussé le marché immobilier local vers des sommets, un peu à l’image des autres marchés du Grand Montréal.

Le nombre de vente explose

Depuis 2016, il se vend bon an mal an, autour de 100 unifamiliales à Châteauguay au cours du troisième trimestre de l’année. En 2020, ce nombre est passée à 172, une augmentation de 72 % par rapport à l’année dernière et un record pour la période. Les ventes des trois derniers mois ont permis de complètement effacer le retard que l’année 2020 avait accumulé sur 2019 à cause de la COVID. Pour les neufs premiers mois de l’année 2020, 476 propriétés ont maintenant changées de main à Châteauguay comparativement à 468 pour la même période l’année dernière.


Le délai pour vendre une propriété n’a jamais été aussi court. Lors du dernier trimestre, le délai de vente médian a été de 13 jours. La moitié des propriétés se sont vendues en moins de deux semaines ! Ce chiffre illustre à lui seul la vigueur du marché immobilier de cet été à Châteauguay.

L’offre d’unifamiliale demeure faible à Châteauguay, bien qu’un léger redressement soit perceptible par rapport à la fin du trimestre précédent. Le nombre de propriété à vendre est passée de 70 à la fin juin à 80 pour la fin septembre, soit une augmentation de 10 unités. Par contre, comparativement à la même période l’année dernière, on constate toujours une baisse significative d’unifamiliale à vendre. En 2019, à la même période, il y avait 138 unifamiliales à vendre. Les 80 unités à vendre actuellement représentent une baisse importante de 42 % par rapport à 2019.

Le prix de vente médian poursuit son ascension

Ces facteurs ont contribué à maintenir la pression à la hausse sur le prix de vente. Après avoir franchie le cap des 300 000 $ pour la première fois lors du trimestre avril – juin 2020 (305 000 $), le prix de vente médian s’est établit à 333 000 $ pour le trimestre qui vient de se terminer. Ceci représente une augmentation importante de 9,2 % par rapport au printemps 2020. L’augmentation est de 28 %, si l’on compare avec la même période l’année dernière. Ces données sont révélatrices d’un marché très favorable aux vendeurs.

L’indice VMI(1) (Vigueur du Marché Immobilier) a atteint 61 points au troisième trimestre de 2020. L’indice, qui évolue autour de 60 points depuis de début de l’année, démontre la très bonne santé du marché immobilier de Châteauguay en cette année COVID. À titre d’exemple, l’indice n’a jamais dépassé les 35 points pour le troisième trimestre les années passée.

En résumé, on peut affirmer que le marché immobilier a profité de l’été pour combler le retard qu’il avait accumulé sur l’année 2019 à cause de la COVID. À l’aube de la saison automnale, voilà qu’une deuxième vague de la COVID semble s’inviter chez nous. Il est bien difficile de prédire l’évolution du marché compte tenu des circonstances sanitaires et des impacts économiques de cette seconde vague. Par contre, il est fort probable que le nombre d’unifamiliales sur le marché demeurera faible, ce qui maintiendra les prix à des niveaux élevés. De plus, les facteurs favorisant l’arrivée de nouveaux résidants dans la région sont toujours présents :

  • le marché immobilier de Châteauguay demeure un des plus abordable sur la rive-sud;

  • l’exode des habitants de l’île de Montréal vers une banlieue moins densément peuplée est un phénomène toujours présent;

  • avec l’instauration du télétravail, les gens hésitent moins à se loger hors des grands centres.

Par ailleurs, les taux d’intérêt hypothécaires semblent vouloir demeurer historiquement bas, et ce, aux grands plaisirs des acheteurs. Ces facteurs devraient inciter les acheteurs à demeurer fort actifs ces prochains mois.

Pour le moment le contexte demeure favorable aux vendeurs. Pour les vendeurs qui sauront saisir cette opportunité, l’occasion de vendre leur propriété à un bon prix pourrait être la bonne. Bien sûr, une 2e vague COVID pourrait venir affecter temporairement les conditions du marché immobilier actuel.

Pour quiconque songe à mettre sa propriété sur le marché, il est d’abord recommandé d’identifier la valeur de sa propriété sur le marché actuel. Comme le marché est en constante évolution, un courtier immobilier saura bien vous conseiller à ce sujet.

Si vous souhaitez obtenir une évaluation de votre propriété ou simplement discuter de différentes stratégies immobilières qui pourraient s’offrir à vous dans les prochains mois, n’hésitez pas à communiquer avec moi.

Je vous souhaite un bel automne 2020 !




(1) Indice de vigueur du marché immobilier: Cet indice est sur une échelle de 0 à 100. Plus il est élevé, plus le marché immobilier est actif.

67 vues

La passion de l'immobilier et des gens