• Yvan Pilon

Où s'en vas le marché immobilier de Châteauguay ?


Inflation, hausse des taux hypothécaires, risque de récession, voilà autant de sujets qui ont fait la une des actualités économiques ces dernières semaines. Après plusieurs mois d’un marché immobilier en surchauffe, sommes-nous à l’aube d’une correction ?


Retournons un peu en arrière pour saisir le contexte immobilier actuel et intéressons-nous aux données propres à Châteauguay. Le tableau ci-dessous montre l’évolution des prix de vente médian depuis 2019 pour les unifamiliales vendues à Châteauguay.



En examinant les prix de vente depuis 2019, on constate une augmentation régulière du prix de vente médian année après année. Celui-ci est passé de 250 000 $ en 2019 à 470 600 $ pour l’année en cours, soit une hausse de 88 %.


Comme souvent mentionné, le principal facteur qui a poussé les prix à la hausse fut le déséquilibre entre la faiblesse de l’inventaire des maisons à vendre et la demande grandissante des acheteurs. Les taux hypothécaires historiquement bas ont aussi incité les acheteurs à faire des offres généreuses dans un contexte où plusieurs acheteurs se disputaient la même propriété. Les hausses récentes et à venir des taux hypothécaires devraient cependant ralentir les ardeurs des acheteurs.


Impact des taux hypothécaires

Il y a un an, il était possible d’obtenir un prêt hypothécaire à un taux de 1,94 % pour cinq ans. Actuellement, les acheteurs se voient plutôt offrir un taux de 4,84 % pour le même type de prêt.


Par exemple, pour un emprunt hypothécaire de 350 000 $ amorti sur 25 ans, il en coûtait 1 473 $ par mois pour un prêt consenti en juillet 2021 (1,94%). Le même prêt accordé aujourd’hui (4,84 %) coûtera 2 013 $ par mois à l’emprunteur, soit 540 $ de plus qu’il y a douze mois. Cette dépense additionnelle a de quoi faire réfléchir les acheteurs.


Il ne faut pas oublier que d’autres hausses de taux sont attendues d’ici la fin de l’année. Ceci viendra limiter encore davantage les capacités d’emprunt des acheteurs.


L’offre des maisons à vendre

L’autre facteur qui aura un impact sur les prix de vente sera surement l’inventaire des maisons à vendre. Aussi longtemps qu’il y aura peu de maisons à vendre, la pression sur les prix sera présente.


Depuis le début de 2019, on constate une diminution régulière du nombre de propriétés à vendre à Châteauguay. Après avoir touché un sommet en mars 2019 avec 193 unifamiliales à vendre, ce chiffre n’a cessé de descendre pour atteindre un plancher au mois de décembre dernier à 41.

Depuis, le mois de janvier 2022, on note un certain rebond dans le nombre de propriétés à vendre, mais ce rebond demeure encore loin des valeurs d’avant 2020. Tant que l’offre de propriétés à vendre sera mince, les vendeurs ayant une propriété attrayante seront en mesure de tirer profit du marché immobilier, et ce, même si l’effervescence des deux dernières années se sera en partie estompée.


Maintenant, si nous examinons de façon plus précise, les données immobilières du dernier trimestre pour Châteauguay, certains éléments méritent que l’on s’y arrête

1. Nombre de ventes : si l’on exclut l’année 2020 (le Québec vivait alors sous les contraintes sanitaires COVID), 2022 est l’année où il s’est vendu le moins d’unifamiliales depuis 2016. pour le 2e trimestre. Par rapport à 2021, il s’est vendu 25 % moins d’unifamiliale au cours du 2e trimestre de cette année.

2. Prix de vente médian : Malgré une réduction du nombre de vente, le prix de vente médian a poursuivi son ascension pour atteindre 479 500 $ pour le 2e trimestre. Une augmentation importante de 17% par rapport au même trimestre en 2021. Cela démontre que les acheteurs ont encore une fois été présents sur le marché, mais possiblement un peu plus sélectifs dans leurs choix de propriété.

3. Nombre d’unifamiliales à vendre : Pour la première fois depuis 2016, le nombre de propriétés à vendre à la fin du 2e trimestre a augmenté par rapport à l’année précédente. Voilà un retournement de situation qui pourrait s’avérer annonciateur d’un marché un peu plus corsé pour les vendeurs dans les mois à venir.


Depuis toujours, l’immobilier s’est avéré un actif résilient face aux turbulences économiques. Bien sûr, les valeurs des propriétés ont subi occasionnellement des ajustements à la baisse, mais sur le long terme, les biens immobiliers ont pratiquement toujours permis aux propriétaires d’engranger des gains au moment de la disposition de leur propriété. Les prochains mois nous en diront davantage sur l’impact de l’économie sur la valeur des propriétés.


Votre meilleur allié pour vous guider et vous conseiller dans ce marché en transition demeure votre courtier immobilier.



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout