• Yvan Pilon

Avril 2020 : le marché immobilier de Mercier sur les freins


C’est sans grande surprise que les données immobilières de Mercier ont subi une baisse significative en avril 2020, un peu comme ce fut le cas pour la municipalité de Châteauguay.

Pertes d’emploi, confinement, révision du budget familial, restrictions au niveau de la mise en marché immobilière et autres, sont autant de facteurs qui sont tirés les différents indicateurs immobiliers vers le bas au cours des dernières semaines.

En avril 2020, il s’est conclu 10 ventes d’unifamiliales sur le territoire de Mercier, une baisse importante (-52 %) par rapport à la même période l’an dernier. D’ailleurs, depuis 2016, il s’est toujours vendu au moins 18 unifamiliales en avril. Le chiffre de cette année représente une brisure importante par rapport aux dernières années.

Données sur les ventes d’unifamiliales en avril - municipalité de Mercier

Le nombre de propriétés à vendre a aussi subi une baisse importante par rapport à l’an dernier. Il faut par contre noter que cette tendance se vérifie sur le marché local depuis quelques années. Le nombre de propriétés à vendre est passé de 130 à 63 d’avril 2016 à avril 2019 (une baisse de 51,5 %). Et encore, d’avril 2019 à avril 2020, la quantité d’unifamiliales à vendre a baissé d’un autre 36,5 % ! En date du 30 avril 2020, seulement 40 unifamiliales étaient à vendre sur le territoire de Mercier. Ce faible chiffre s’explique aussi par le peu de nouvelles inscriptions. Au cours du mois, seulement 9 nouvelles propriétés se sont ajoutées sur le marché de la revente. L’an dernier, pour la même période, c’est 23 propriétés qui s’étaient ajoutées dans le parc immobilier des maisons à vendre.

Qui dit rareté de l’offre, dit aussi augmentation des prix. Cela se traduit dans les chiffres par une augmentation du prix de vente médian pour le mois d’avril 2020 par rapport à 2019. Le prix médian est ainsi passé de 320 000 $ en avril 2019 à 373 000 $ en avril 2020, soit une augmentation appréciable de 16,6 %.

Que nous réserve les mois de mai et juin ? Pour le moment, seules les transactions dites prioritaires sont autorisées. Une transaction prioritaire implique une prise de possession avant la 31 juillet et doit permettre à l’acheteur de se reloger. Il faut aussi noter que toutes les propriétés inscrites sur le marché après le 21 avril ne peuvent faire l’objet de visites physique, et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Voici le portrait des 40 unifamiliales à vendre à Mercier en date du 1er mai :

Comme mentionné plus haut, l’offre est mince, mais elle est là. Les acheteurs se doivent donc d’être vigilants et être prêts à prendre une décision rapidement une fois qu’ils ont identifié une propriété qui satisfait leurs besoins.

Il est aussi important de suivre l’évolution des règles immobilières de près, car celles-ci peuvent bouger très rapidement dans un sens comme dans l’autre, selon l’évolution de la situation sanitaire au Québec.

Il est certain que la période que nous traversons actuellement est pleine de rebondissements et rend les gens anxieux pas seulement dans l’immobilier, mais dans toutes les sphères de l’économie et de la vie sociale. Des jours meilleurs viendront, c’est certain, mais en attendant il faut s’adapter le mieux que l’on peut.

Ne lâchez pas, ça va bien aller !


Yvan Pilon

0 vue

La passion de l'immobilier et des gens